HOME?

Résumé d’entrevues auprès d’intervenants du PSPNET



QU’AVONS-NOUS ACCOMPLI?

Le personnel de la sécurité publique (PSP) travaille fort afin de protéger les Canadiens. Les membres du PSP ont une prévalence aux problèmes de santé mentale élevée et ont souvent des difficultés à accéder à des soins de santé mentale efficaces, tels que la thérapie cognitive et comportementale (TCC). La mission de l’équipe du PSPNET est de développer et d’évaluer une thérapie cognitive comportementale sur Internet (TCCI) adaptée spécialement aux besoins du PSP. La TCCI est plus accessible qu’une thérapie en personne traditionnelle, et est sensiblement aussi efficace. Afin d’informer le développement de notre programme, nous avons effectué et analysé systématiquement des entrevues avec les membres du PSP. Nous avons interviewé 126 membres du PSP de partout en Saskatchewan et au Québec, y compris, les services de police, les pompiers, les services de gestion des urgences, les services correctionnels, les répartiteurs, et les services frontaliers.

QU’AVONS-NOUS DÉCOUVERT?

Les membres du PSP partagent diverses raisons de ne pas chercher des soins de santé mentale en personne. Ils partagent ce qu’ils perçoivent être des avantages et des désavantages à une TCCI. 

Quand on leur a demandé quel contenu devrait être inclu, les intervenants ont énuméré plusieurs options. En voici les six premières :

  • Identifier et comprendre les symptômes
  • Relations et communication 5
  • Améliorer le sommeil
  • Maîtriser ses émotions
  • Dépendance/mauvaise consommation de substances
  • Vrais témoignages spécifiques au PSP

Quand on leur a demandé ce que les membres du PSP avaient à dire aux thérapeutes, les six réponses les plus fréquentes étaient :

  • Ils sont souvent exposés à des événements traumatiques;
  • Ils ont une prévalence élevée aux problèmes de santé mentale et physique, avec du soutien limité en milieu de travail;
  • On s’attend à ce qu’ils soient endurants ;
  • Ils deviennent pessimistes/blasés avec le temps;  
  • C’est souvent difficile de parler de leurs expériences aux autres;
  • Ils tendent souvent à avoir une personnalité de type A, et un besoin élevé de contrôler.

quelles mesures prendre maintenant?

Les entrevues ont indiqué un soutien solide pour la TCCI parmi les membres du PSP. Nous avons utilisé les commentaires des entrevues afin d’adapter la TCCI aux besoins du PSP. Le PSPNET offre actuellement la TCCI en Saskatchewan et prévoit offrir le service au Québec plus tard en 2020.

INTERVENANTS INTERVIEWÉS


Notes complémentaires

  1. Aucun membre du PSP du Québec n’a répondu qu’il serait « improbable » que le PSP utilise la TCCI.
  2. Un seul membre du PSP en Saskatchewan a mentionné que les services de santé mentale étaient limités. Plutôt, le PSP de la Saskatchewan était plus susceptible d’identifier des contraintes de temps, et les heures d’ouverture comme barrières aux soins de santé mentale.
  3. De nombreux membres du PSP pensent que des services en santé mentale offerts spécialement au PSP sont importants, parce qu’ils peuvent contribuer à améliorer le rendement au travail, dont le public bénéficie.
  4. Les préoccupations concernant la sécurité et les préoccupations d’imputabilité ont été exprimées moins fréquemment par le PSP du Québec que par celui de la Saskatchewan.
  5. Les membres du PSP du Québec suggèrent aussi que la TCCI pour le PSP devrait inclure du contenu concernant la communication et le soutien entre collègues. 



PSPNET Stakeholder Interview Summary



What did we do?

Public safety personnel (PSP) work hard to keep Canadians safe. PSP have high rates of mental health problems and often struggle to access effective mental health care, such as cognitive behaviour therapy (CBT). The PSPNET team’s mission is to develop and evaluate Internet-delivered cognitive behaviour therapy (ICBT) that is tailored specifically to PSP. ICBT is more accessible than face-to-face CBT and is similarly effective. To inform the development of our program, we conducted and systematically analyzed interviews with PSP. We interviewed 126 PSP from across Saskatchewan and Quebec, including police, fire, EMS, corrections, dispatch, and border services.

What did we find?

PSP shared various reasons why they do not seek face-to-face mental health care. They also shared what they perceived to be the advantages and disadvantages of ICBT.

When asked about the content that should be included, stakeholders listed many options. The top six were:

  • Identifying and understanding symptoms
  • Relationships and Communication 5
  • Improving Sleep
  • Regulating Emotions
  • Substance misuse/dependency
  • Real case stories specific to PSP

When asked what PSP want ICBT therapists to know about them, the top six answers were:

  • They are frequently exposed to potentially traumatic events
  • They have a high frequency of mental and physical health issues with limited workplace support
  • There is an expectation of toughness
  • PSP become pessimistic/jaded over time
  • It is often difficult to talk to other people about their experiences
  • They often tend to have Type A personalities and a high need for control

Where do we go from here?

The interviews indicated that there is strong support for ICBT among PSP. We have used the feedback from these interviews to help tailor ICBT for PSP. PSPNET is now being offered in Saskatchewan with plans underway to offer services in Quebec later in 2020

Stakeholders Interviewed 




Survey results examining perceptions of ICBT among Saskatchewan PSP

What did we do?

In order to broadly understand perceptions of internet-delivered cognitive behaviour therapy (ICBT) among Public safety personnel (PSP), we informed PSP about ICBT through a simple poster or a poster plus a story. An online survey was then used to explore perceptions of ICBT among PSP. We received 132 responses from various PSP including those working for border services, corrections, dispatch, EMS, fire, and police.

What did we find?

Most PSP told us they would use ICBT if they needed help with mental health concerns.

Participants’ most preferred sources of treatment for mental health problems, out of 13 options, were as follows:

We found several other interesting tendencies:

Where do we go from here?

The results of the survey indicated that PSP have favourable perceptions of ICBT, which suggests there will likely be broad interest in ICBT among PSP in Saskatchewan. PSP formulated these impressions based on a simple poster and a brief story. Ideas for improving the poster included clarifying patient privacy, duration of treatment, and number of sessions per week.

Stakeholders Surveyed

END OF HOME