LES PROBLÉMATIQUES TRAITÉES PAR LA DÉMARCHE

ANXIété

Qu’est-ce que l’anxiété?

L’anxiété est une émotion normale chez l’être humain et désigne la détresse, la peur, l’inquiétude ou la panique déclenchée par la perception d’un danger ou d’une menace possible dans une situation future. Les symptômes d’anxiété peuvent inclure des sentiments de malaise, de détresse, d’appréhension ou de crainte. Nous présentons parfois des symptômes physiques d’anxiété, comme les maux de tête, les maux d’estomac, les muscles tendus, ou la transpiration.

Un niveau faible ou modéré d’anxiété peut améliorer notre comportement dans certaines situations. Par exemple, le besoin d’étudier pour un examen, arrêter de traverser la rue quand une voiture s’approche afin d’assurer notre survie. 

Les troubles d’anxiété sont généralement diagnostiqués quand l’anxiété persiste durant une longue période, ou quand les symptômes perturbent la qualité de vie de la personne.

TROUBLE D’ANXIÉTÉ GÉNÉRALISÉE (TAG)

Qu’est-ce que le TAG?

Le Trouble d’anxiété généralisée (TAG) se définit par de l’inquiétude excessive incontrôlable. La personne se sent anxieuse ou tendue concernant certains événements ou activités (p. ex., le travail, les finances, les relations, la santé). Les problèmes d’anxiété doivent persister depuis au moins 6 mois. 

TAG vs inquiétude normale

Le TAG est plus sérieux que l’inquiétude. La plupart des gens s’inquiètent de temps en temps. Les gens qui souffrent de TAG constatent que leur inquiétude affecte significativement leur vie quotidienne. Ils peuvent tenter de contrôler leur inquiétude :

  • en consultant souvent un médecin;
  • en demandant aux autres de les rassurer;
  • en se préparant excessivement face à des défis;
  • en répétant aux autres de ne pas oublier les choses qu’elles ont à faire;
  • en évitant de nouvelles expériences;
  • en relevant de nouveaux défis; ou
  • en s’engageant dans de nouveaux projets afin d’oublier leurs préoccupations.

Quels sont les symptômes du TAG?

  • Une personne qui souffre de TAG a constamment de la difficulté à se détendre et à contrôler son inquiétude à propos de plusieurs événements. Les difficultés se produisent presque tous les jours et durent pendant des mois. Les symptômes vécus peuvent être : la fatigue, les troubles de sommeil, l’acharnement, de la difficulté à se concentrer, la tension musculaire, ou l’irritabilité.  
  • Une personne qui souffre de TAG ne reconnaît pas toujours que ses niveaux d’inquiétude ou de tension sont excessifs, ou que son niveau d’anxiété est disproportionné comparativement à la probabilité réelle que l’événement inquiétant ou redouté se produise. Par exemple, la personne peut s’inquiéter chaque jour que sa voiture tombe en panne, malgré le fait que la voiture soit bien entretenue et ne soit jamais tombée en panne dans le passé.
  • Pour la personne qui souffre de TAG, les inquiétudes sont généralement associées aux différentes craintes et préoccupations concernant ce qui pourrait arriver dans le futur. Par exemple, la personne peut être inquiète de sa capacité de se rétablir d’une maladie future, ou peut avoir peur de sa performance devant ses collègues dans une prochaine réunion. Ces inquiétudes ne se limitent pas à une situation précise (p. ex., seulement en contexte social), ne concernent pas l’anticipation d’une attaque de panique, et ne sont pas des obsessions (p. ex., pensées intrusives, images, ou envies). 
  • L’inquiétude ou les symptômes physiques que vit une personne souffrant de TAG ont des répercussions significatives sur sa qualité de vie ou nuisent à sa capacité de fonctionner dans les contextes sociaux, occupationnels ou dans d’autres situations importantes. 
  • Une personne qui souffre de TAG manifeste fréquemment des symptômes associés à d’autres troubles d’anxiété, de dépression ou d’abus de substances.

Qui peut souffrir du TAG?

  • Le TAG se développe habituellement dans l’enfance ou à l’adolescence, mais peut aussi commencer chez les adultes.
  • Le TAG se développe souvent à la suite d’un événement stressant, mais tous ceux qui vivent des événements stressants ne développeront pas nécessairement le TAG. Plusieurs personnes diagnostiquées du TAG sont souvent décrites par leur entourage comme des personnes « anxieuses » depuis longtemps, s’inquiétant de la tournure des événements, et de comment elles s’en sortiront.  
  • En plus des facteurs de stress et la personnalité, des facteurs biologiques (p. ex., gènes) ou environnementaux (p. ex., style parental) peuvent aussi contribuer au développement du TAG.

TROUBLE D’anxiété sociale (TAS)

Qu’est-ce que le TAS?

Les gens qui souffrent du Trouble d’anxiété sociale (TAS), auparavant nommé phobie sociale, vivent de l’anxiété et de la peur considérables lorsqu’ils sont dans des situations sociales ou lorsqu’ils doivent interagir en public. Leur anxiété extrême provient souvent de l’exposition à des situations ou à des personnes inconnues, et provoque la peur d’être dévisagé ou jugé par les autres. Les personnes souffrant du TAS évitent fréquemment les interactions sociales. 

L’anxiété sociale est plus grave que la timidité

La plupart d’entre nous seront quelquefois gênés, jusqu’à un certain degré. Cependant, ceux qui souffrent du TAS trouvent que la gêne affecte significativement leur vie quotidienne. À cause de leurs craintes, les personnes qui souffrent du TAS évitent souvent d’accomplir certaines choses, de rencontrer des gens, de relever de nouveaux défis ou de profiter de nouvelles occasions.

Quels sont les symptômes du TAS?

  • Les gens qui souffrent du TAS ont habituellement peur d’agir de manière qu’ils considèrent comme gênante ou honteuse. De plus, ils ont souvent peur que les autres remarquent leurs symptômes d’anxiété (p. ex., transpirer, rougir).
  • Dans des situations sociales, les personnes qui souffrent du TAS ont peur que leurs symptômes physiques prennent la forme d’attaque de panique (c.-à-d., une période distincte de peur soudaine et intense, d’appréhension ou de terreur, qui présente des symptômes physiques comme avoir des palpitations, rougir, trembler, transpirer ou s’évanouir).
  • Les gens peuvent craindre certains aspects précis de situations sociales, comme écrire ou manger en public, utiliser les toilettes publiques, ou être observé par les autres au travail.
  • Les gens qui souffrent du TAS réalisent généralement que leur peur est déraisonnable ou excessive. 
  • Beaucoup de gens présentent des signes de gêne et d’inhibition dans les contextes sociaux, mais ceux qui souffrent du TAS peuvent être sérieusement perturbés dans leur vie quotidienne, nuisant ainsi à l’ensemble de leur qualité de vie. Certains individus qui souffrent du TAS sont incapables de sortir en public, et sont très embarrassés lorsqu’ils se retrouvent dans des situations sociales.  
  • Les personnes qui souffrent du TAS peuvent être extrêmement dérangées par leurs symptômes et peuvent avoir de la difficulté à maintenir une routine normale. De plus, leur fonctionnement professionnel, scolaire ou social peut être grandement perturbé.

Qui peut souffrir du TAS?

  • Le TAS se développe généralement à l’adolescence. Le TAS peut se développer après l’âge de 25 ans, mais très rarement.

Trouble panique (TP)

Qu’est-ce que le TP?

Le Trouble panique (TP) est caractérisé par des attaques de panique récurrentes et inattendues dans les situations où il y a peu de danger, et par une anticipation anxieuse et persistante d’avoir une nouvelle attaque. Durant une attaque de panique, les gens éprouvent des symptômes physiques sévères et soudains, y compris, des palpitations, de l’hyperventilation, des tremblements, et des maux d’estomac, ainsi que l’impression d’être en train de perdre le contrôle, de devenir fou, de faire une crise cardiaque, ou de mourir.

Qu’est-ce que la panique?

  • N’importe qui peut éprouver des sentiments de panique sévères.
  • En général, l’anxiété porte à s’inquiéter d’événements futurs, alors que la panique porte plus sur le présent. La panique implique un sentiment de danger imminent, la crainte de perdre le contrôle, et la perception d’être impuissant. 
  • Les attaques de panique peuvent être terrifiantes. Souvent, les gens qui vivent des attaques de panique commenceront à éviter les endroits où des attaques pourraient survenir, et où ils auraient de la difficulté à obtenir de l’aide. On parle alors d’« agoraphobie ».

Qui peut souffrir de TP?

  • Le TP se développe habituellement soudainement chez les adultes dans la vingtaine; cependant, les enfants peuvent aussi développer le TP, et il peut aussi apparaître plus tard à l’âge adulte. 
  • Les situations ou les événements stressants sont souvent des éléments déclencheurs du TP.

Phobie spécifique

Qu’est-ce que la Phobie spécifique?

Une personne qui souffre de Phobie spécifique (PS) éprouve de l’angoisse lorsqu’exposée à un seul objet, être, acte, ou situation, qui entraîne l’évitement de l’objet, de l’être, de l’acte ou de la situation ou provoque de la détresse sévère.

Quels sont les symptômes de Phobie spécifique?

  • Une peur intense qui survient quand la personne anticipe ou est exposée à un objet, un être, un acte ou une situation spécifique.
  • La détresse vécue lors de l’exposition peut prendre la forme d’une attaque de panique (c.-à-d. une période distincte de peur intense et soudaine, d’appréhension ou de terreur, accompagnée de symptômes physiques comme avoir des palpitations, rougir, trembler, transpirer, ou s’évanouir). 
  • Les gens qui souffrent de PS reconnaissent habituellement que leur peur est déraisonnable ou excessive.
  • Les gens qui souffrent de PS font soit l’expérience de détresse considérable concernant la phobie, ou évitent l’objet ou la situation redoutés. Si l’objet ou la situation redoutés ne peuvent être évités, leur routine habituelle sera grandement perturbée (y compris, le travail, les études scolaires, les relations, ou les activités sociales). 
  • On reconnaît 5 types de phobies spécifiques, notamment : le type animal, soit la peur des animaux ou des insectes (p. ex., araignées ou serpents), le type environnement naturel (p. ex., les hauteurs, le tonnerre, l’eau), le type sang-injection-accident (p. ex., les aiguilles, les procédures médicales), le type situationnel (p. ex., les transports publics, les endroits clos), et le type autre qui regroupe les phobies non comprises dans les types précédents (p. ex., les bruits forts, les gens costumés, les maladies).

Qui peut souffrir de Phobie spécifique?

  • Les différents types de phobies tendent à apparaître à différentes étapes de la vie. Par exemple, la peur des animaux, du sang et de l’eau se développe tôt dans l’enfance, alors que la peur des hauteurs se développe plutôt à l’adolescence.
  • Les facteurs qui contribuent au développement d’une phobie spécifique peuvent inclure les craintes de l’enfance persistantes, le style parental; ou l’exposition à une situation stressante ou traumatisante, comme une catastrophe naturelle ou la morsure d’un animal.

TROUBLE DÉPRESSIF

Qu’est-ce que le Trouble dépressif, et quels sont les symptômes?

Le Trouble dépressif est plus sévère que de simplement ressentir le cafard pendant quelque temps. L’Association canadienne pour la santé mentale explique que ceux qui souffrent de dépression font face à des sentiments de désespoir intenses, sur une longue période. Les symptômes de dépression incluent les sentiments d’impuissance, d’inutilité, de nervosité, et d’irritabilité excessive. La clinique Mayo mentionne que les gens qui souffrent de dépression vivent aussi des troubles du sommeil, comme : de l’insomnie ou de l’hypersomnie; pensent et bougent au ralenti; mangent trop ou pas assez; perdent le plaisir ou l’intérêt à faire des activités; ou ont parfois des problèmes physiques inexpliqués.

Les troubles dépressifs sont généralement diagnostiqués quand les symptômes causent beaucoup de détresse et nuisent à la capacité de la personne de vivre une vie bien remplie. Le terme dépression est un terme générique utilisé pour décrire une gamme de troubles dépressifs, y compris :

Le Trouble affectif saisonnier (TAS) : État dépressif survenant en automne et en hiver, quand les jours raccourcissent et que la luminosité diminue. Cependant, le TAS peut aussi survenir en été. Les symptômes sont les mêmes que les symptômes classiques de la dépression, mais se produisent souvent au même moment chaque année.

Le Trouble dépressif persistant (TDP) (auparavant la dysthymie) : Ce type de dépression présente les mêmes symptômes qu’un épisode de Trouble dépressif caractérisé. Pour être diagnostiqué, ce trouble dépressif chronique doit être caractérisé par la présence quotidienne d’humeur dépressive, et ce, sur une période de plus de deux ans; même si la personne ne présente pas suffisamment de symptômes pour répondre aux critères diagnostiques d’un épisode dépressif caractérisé.

Le Trouble dépressif caractérisé : Ce trouble de l’humeur fréquent est plus sévère qu’un sentiment de tristesse occasionnel. Une personne qui souffre de trouble dépressif caractérisé fera l’expérience de 5 ou plus des symptômes liés à la dépression, et ce, sur une période d’au moins 2 semaines. Certains signes ou symptômes liés au trouble dépressif caractérisé sont :   

  • L’humeur dépressive
    • La perte d’intérêt ou de plaisir à participer à des activités qui vous plaisaient avant;
    • Des changements d’appétit;
    • L’insomnie ou l’hypersomnie;
    • Le ralentissement des pensées;
    • Le manque d’énergie;
    • La fatigue;
    • L’irritabilité;
    • Des sentiments de culpabilité ou d’inutilité ;
    • Des difficultés de concentration;
    • Des idées ou des comportements suicidaires.

Qui est touché?

  • Tout le monde peut vivre un épisode dépressif au cours de sa vie. La dépression est un des troubles de santé mentale les plus fréquents parmi la population générale.
  • Les facteurs de risque de dépression peuvent être héréditaires, biologiques, environnementaux, ou peuvent être liés à des niveaux de stress élevés ou à des maladies physiques. 

Traumatisme

Qu’est-ce qu’une Blessure de stress post-traumatique (BSPT)?

Blessure de stress post-traumatique (BSPT), est un terme générique qui fait référence à une variété de défis de santé mentale, dont les problèmes de santé mentale qu’une personne peut développer à la suite de l’exposition à un ou plusieurs événements possiblement traumatiques sur le plan psychologique. Les BSPT comprennent, mais sans s’y limiter, le Trouble de stress post-traumatique, le Trouble dépressif caractérisé, et le Trouble panique. Lorsqu’une BSPT survient lors de l’exposition à un ou plusieurs événements possiblement traumatiques sur le plan psychologique, dans le cadre des fonctions d’un membre du PSP ou d’un membre des forces armées, on parle alors de Blessure de stress opérationnel (BSO).

Les symptômes de BSPT peuvent apparaître immédiatement après l’exposition à un événement possiblement traumatique sur le plan psychologique. Les symptômes peuvent aussi ne pas se manifester avant des semaines voire des mois après avoir été exposé. Si les symptômes apparaissent après l’exposition à un événement possiblement traumatique sur le plan psychologique, et ne s’améliorent pas à l’intérieur d’un mois, nous vous recommandons d’obtenir de l’aide.

Qu’est-ce que le Trouble de stress post-traumatique (TSPT)?

Le Trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un trouble de santé mentale où une personne éprouve une série de symptômes précis, à la suite de l’exposition, directe ou indirecte, à une menace, réelle ou perçue, contre elle ou contre autrui. Le TSPT est une de plusieurs BSPT possibles. L’exposition chronique à des événements potentiellement traumatiques peut avoir un effet similaire à l’exposition à un événement potentiellement traumatique. Si les symptômes apparaissent après l’exposition et ne s’améliorent pas à l’intérieur d’un mois, s’ils persistent, s’aggravent, ou empêchent la personne de participer pleinement à différents aspects de sa vie, un diagnostic de TSPT pourrait alors être approprié; cependant, certains symptômes qui apparaissent suivant l’exposition à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique n’indiquent pas nécessairement un TSPT. Si vous êtes inquiet au sujet de votre santé mentale, nous vous recommandons de parler avec un professionnel de la santé, un psychologue ou un autre professionnel de santé mentale. 

Quels sont les symptômes de stress post-traumatique?

Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM-5), les symptômes du TSPT incluent les signes ci-dessous : 

  • Le sentiment de revivre l’incident à répétition;
  • Les cauchemars; 
  • Le comportement impulsif;
  • L’humeur dépressive;
  • Une vigilance accrue;
  • Des croyances ou des points de vue négatifs sur le monde;
  • Des sentiments d’anxiété ou d’agitation;
  • Le sentiment d’être en alerte ou que l’incident pourrait se reproduire;
  • Être bouleversé quand on se rappelle l’incident;  
  • Éviter tout ce qui nous rappelle l’événement;
  • S’éloigner de ses amis et de sa famille;
  • Perte d’intérêt à des activités qui nous plaisaient auparavant;
  • Être incapable d’avoir du plaisir;
  • S’inquiéter continuellement;
  • Des difficultés de concentration;
  • L’irritabilité;
  • Les problèmes de sommeil (p. ex., des difficultés à s’endormir et à rester endormi);
  • S’inquiéter que les autres essaient de nous faire du mal;
  • Les symptômes de panique (p. ex., essoufflement, palpitations, étourdissement);
  • Craindre de mourir. 

Qui est touché par le TSPT?

  • En principe, n’importe quelle personne exposée à un ou à plusieurs événements potentiellement traumatiques risque de développer le TSPT, mais l’exposition seule n’est pas suffisante.
  • D’autres facteurs peuvent jouer un rôle dans le développement du TSPT, entre autres : le nombre d’expositions à des événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique, la proximité aux événements, la durée de l’exposition, et le nombre de ressources disponibles et accessibles à la personne à la suite de l’exposition.
  • Certains emplois, tels que ceux du personnel de la sécurité publique (PSP), peuvent mettre plus fréquemment ces personnes dans des situations élevées de risque d’expositions à des événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique, ou à des facteurs de risque.